Katmandou

Août 2019, dernière destination des vacances d’été, une destination plutôt chouette.

Lors du grand ménage de printemps, j’ai trié les albums photos de mes parents et j’ai pu découvrir leurs photos prises au Népal il y a 30 ans : Katmandou, Pashupatinat, Durbar Square, les Stupas et les drapeaux de prières multicolores, sans oublier le survol de l’Everest. Je n’avais qu’une hâte : que mes parents me fassent découvrir tout ce qu’ils avaient vu il y a des années, leurs explorations et leurs anecdotes.

Un petit mois de préparation pour notre circuit, en comparant les adresses dans les anciens guides – vintage – de mes parents, les nouveaux guides de voyages, les blogs et les avis et nous étions partis pour 13h de vol avec Emirates (compagnie à mon goût moins bien que Quatar Airways) en faisant une escale à Abu Dhabi.

Atterrissage à Kathmandou, capitale très étendue du pays, où je n’ai malheureusement pas pu prendre mon moyen de transport favori, les tuk tuk, pour la simple et bonne raison qu’il n’y en a pas au Népal. Le taxi nous a conduit jusqu’à Thamel, quartier préféré des touristes. Tripadvisor, notre meilleur compagnon de voyage, nous a mené jusqu’au Upstairs café, un restaurant sympa, où les serveurs sont serviables et souriants, presque un peu trop. Les menus étaient variés et le service rapide : un bon premier aperçu de la nourriture locale.

Nous sommes restés quelques jours à Katmandou. L’occasion de visiter quelques lieux incontournables.

Swayambunath : un site bouddhiste située sur une colline où on peut découvrir un magnifique panorama sur la ville. Pendant la montée assez difficile, nous sommes accompagnés par de nombreux petits singes qui vivent leur petite vie en s’amusant et en mangeant des bananes. Après une petite heure de visite, la fameuse pluie tropicale nous a surpris et bien trempés. Note à moi même pour la prochaine fois : mettre le budget dans un véritable k-way et non un petit kway mignon de chez Pimkie pour affronter les pluies de moussons. Même les parapluies laissent passer la pluie dans ces conditions climatiques.

Les visites c’est cool mais manger, c’est important et cela fait partie de la culture locale. Je vous recommande sans aucune hésitation :

  • le Fusion Himalaya Restaurant, un petit restaurant familial où le personnel est sympathique, la cuisine excellente, les jus de fruits extra-frais et délicieux (surtout le jus de mangue) et le Dal Bath, plat typiquement népalais, un vrai délice.
  • le Yala Coffee, un petit restaurant calme au fond d’une ruelle. Les Dal Bath y sont tout aussi bons. C’est également une excellente adresse pour prendre le petit déjeuner, les propositions sont variées et le Massala Tea parfait. Les serveurs sont des étudiants, ravis de pratiquer leur anglais et d’échanger avec les touristes.

Je ne vous parle pas des prix dans ces restaurants, on y mange à 4 pour moins de 30€ et on se régale !

En essayant tant bien que mal de circuler dans une rue sans me faire écraser, un habitant m’a aidé a traverser. Puis, il nous a accordé une petite heure pour visiter le quartier d’Asan Market en nous informant sur les pratiques des habitants, les noms des lieux et des histoires sur les croyances et les religions. Cet habitant a vraiment été super sympa et ne nous a rien demandé au retour (ce qui est rare car ce genre de proposition aboutit souvent à une arnaque).

Un matin, au détour d’une balade dans le quartier, nous sommes tombés en plein dans le défilé de la fête nommée « Sa Paru », pendant laquelle les enfants vêtus d’habits et de maquillage traditionnels déambulent dans la rue avec leur famille en hommage à leurs proches décédés dans l’année. À cette occasion, ils reçoivent de la nourriture et de l’argent en guise d’offrandes. Les parents les suivent donc avec de grands sacs qui se remplissent petit à petit des dons. Les habitants sont tous de sortis, des deux cotés de la rue, ou bien de leur fenêtre pour voir le défilé. De magnifiques couleurs ressortent dans les rues !

Le Stupa de Bodnath est l’un des plus grands d’Asie. Il fait également office de refuge pour les moines Tibétains. Il est entouré, comme la majorité des stupas du Népal, de moulins à prières, qu’il faut faire tourner dans le sens des aiguilles d’une montre. Les yeux de Bouddha sont peints en direction des quatre points cardinaux pour observer les hommes et leur actions. Les restaurants de cette place sont chers la nourriture pas terrible. Cependant, on peut déjeuner en terrasse avec vue sur la place, les gens et les spectacles qui s’y déroulent.
Un temple bouddhiste se situe à proximité où j’ai eu la chance de pouvoir assister à une cérémonie thibétaine. Les moines nous ont gentiment accueillis et offert un tchaï (l’autre nom du masala tea). C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à carburer au masala tea.

Patan, ancienne ville royale située à proximité de Katmandu, abrite l’ancien palais royal reconverti en musée et le Golden Temple. On y trouve une grande allée/place bordée par des bancs. Les gens sont là, assis à l’ombre à attendre et regarder les gens passer. Ils n’ont pas l’air de s’ennuyer, ils prennent le temps et attendent. Qui ferait ça à Paris ? Personne. Aussi, j’ai fait comme eux sur cette place et j’ai apprécié ce moment : s’asseoir et prendre le temps de regarder la vie sur cette place
C’est à Patan que vit la Kumari, une tradition unique au monde. Un comité de prêtre choisi une fillette entre 2 et 5 ans, pour devenir l’incarnation humaine d’une divinité vénérée par les communautés boudhistes et hindous du pays. Ci-dessous un lien pour un article très intéressant et bien fait pour en savoir plus sur le sujet.

https://www.neonmag.fr/reportage-jetais-une-deesse-au-nepal-501461.html

Pashupatinath est un édifice religieux hindou situé au bord du fleuve Bagmati où on peut croiser des sadhus mais aussi des singes et des vaches.. Une grande partie du temple n’est pas autorisé aux touristes car cet endroit, célèbre pour ses cérémonies, est un lieu de crémation. En tant que touristes, nous pouvons cependant admirer l’architecture. On remarque que plus la personne décédée est d’un haut rang, plus le corps est brûlé près du temple.

Un matin, nous nous sommes levés très tôt pour voir le lever du soleil à Nagarkot : un super point de vue sur l’Everest. Dommage,, ce n’était pas la bonne saison ni le bon jour..que du gris à perte de vue… Pour information, l’aller retour en taxi nous a couté environ 50 euros, ce qui est très raisonnable.

Au retour, pour ne pas perdre notre matinée nous avons visité le quartier de Bakhtapur qui a été l’un de mes préféré : authentique, charmant et animé de si bon matin. Les écoliers portaient leur uniforme pour aller à l’école et les habitants faisaient leur marché.

Durbar Square, au coeur de Katmandu, est le quartier vivant et authentique le plus proche de Thamel, nous l’avions donc gardé pour le visiter en dernier. Il faut savoir que, tout comme Patan et Bakthapur, il est inaccessible aux touristes à moins de payer un droit d’entrée.

Katmandou est une ville très polluée : pensez à apporter un masque et à le porter tout le temps !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :