Francis Bacon

Le centre Georges Pompidou, situé en plein centre de Paris, aussi appelé Beaubourg met en relation des ouvrages poétiques, littéraires, philosophiques avec les peintures de Francis Bacon produites entre 1971 et 1992 pour l’exposition « Bacon en toutes lettres » du 11 septembre 2019 au 20 janvier 2020

Né en 1909 à Dublin d’un père entraineur de chevaux et d’une mère héritière d’une famille d’industriel, Francis Bacon est un enfant maladif maltraité par son père qui le rejette lorsqu’il apprend son homosexualité. Il quitte la maison familiale à l’âge de seize ans et part s’installer à Londres où il devient décorateur et peint fortement influencé par le mouvement surréaliste et Picasso à la suite de l’exposition « Cent dessins par Picasso » à Paris. Artiste autodidacte, on reconnait ses inspirations : Velasquez, Poussin, Rembrandt ou encore comme cité précédemment Picasso.
Il abandonne peu à peu son métier de décorateur pour se consacrer à la peinture, et tient sa première exposition personnelle en 1934 à la Transition Gallery mais celle ci ne connait pas un grand succès. En 1943, il est réformé par l’armée et détruit ses créations réalisées avant 1944. Mais c’est cette même année qu’il créé l’oeuvre qui marque le début de sa carrière : trois études pour des personnages au pied d’une crucifixion.
Le travail de Francis Bacon n’est réellement reconnu qu’après la Seconde Guerre Mondiale. Ses oeuvres expressives voire violentes provoquent des réactions extrêmes. Sa première exposition solo a lieu en 1949 à la Hannover Gallery. En 1957, se tient sa première exposition à Paris. Dans les années 60, il s’installe dans son atelier au 7 Reece Mews, South Kensington à Londres, une pièce qu’il ne nettoiera jamais, où s’entassent livres, journaux, photographies, tubes et pots de peinture.Durant cette époque, il réalisera ses tryptiques et de nombreux autoportraits.
Les oeuvres de Francis Bacon se définissent (si on peut le dire ainsi) par une représentation du corps humain sous une forme écorchée, agitée, déformée. Des tableaux qui peuvent paraitre violents, obscurs voire gore et torturés.

Maquette de l’atelier 7 Reece Mews South Kensington, Londres

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :