Caravage à Rome

L’automne dernier, le musée Jacquemart-André a accueilli les peintures italiennes de Caravage. Exceptionnellement, 10 oeuvres de l’artiste sont réunies dans un même lieu en France : un ancien hôtel particulier.

Le musée Jacquemart André constitue un lieu unique à Paris car il est décoré et meublé comme si les époux André, occupaient encore les lieux : escalier monumental, jardin d’hiver, salon des tapisseries, cabinet de travail, chambre de Monsieur, de Madame …

Amis et ennemis

CARAVAGE en quelques dates

Michelangelo Merisi naît le 29 septembre 1571 à Milan. Sa famille se réfugie en 1576 à Carravaggio pour fuir la peste. Il est ensuite engagé dans l’atelier d’un peintre de renom à Milan en 1584 pour quatre ans, Simone Peterzano. À la mort de sa mère en 1590, Michelangelo renonce à son héritage et disparait des documents, il a probablement quitté sa patrie pour s’établir à Rome.

Les premières oeuvres connues de l’artiste sont réalisées dans l’atelier de Giuseppe Cesari  en 1595 : des petits formats de scènes quotidiennes.

Après avoir partagé un logement avec son ami le plus fidèle mais aussi peintre, Prospero Ordi, les documents datant de 1597 attestent que Caravage est au service du cardinal Francesco Maria Del Monte.

Il travaille pour la noblesse romaine, puis reçoit ses premières grandes commandes : les tableaux latéraux de la chapelle Contarellli pour l’église  Saint-Louis-des-Français à Rome, une Vocation de Saint-Matthieu et un Martyr de Saint-Matthieu, la Conversion de Saint-Paul et le Crucifiement de Saint-Pierre dans l’église de Santa Maria del Papolo. Il influence alors de nombreux artistes.

Il se retrouve dans de nombreux ennuis judiciaires alors qu’il est à l’apogée de son succès avec la Madone des Pèlerins et Mise au tombeau de Santa Maria in Vallicella.

Condamné à mort par décapitation suite à des affrontements armés, il se réfugie à Naples en 1606 et reçoit de nombreuses commandes puis à Malte l’année suivante pour effectuer des commandes de la part d’aristocrates. En 1608, il est fait Chevalier de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem mais emprisonné, il est radié de l’ordre. Il s’évade puis travaille en Sicile et de nouveau à Naples.

En 1610, il embarque pour Rome dans le but de recevoir la grâce du Pape. Mais lors d’une escale à Palo, il est fait prisonnier . Ses biens quittent le port sans lui. Il meurt à Porto Ercole  le 18 juillet 1610 en tentant de rejoindre Rome par ses propres moyens.

Judith décapitant Holopherne
CARAVAGE, huile sur toile, vers 1600
Le jeune Saint Jean-Baptiste au bélier
CARAVAGE, huile sur toile, 1602
Saint François en méditation
CARAVAGE, Huile sur toile, 1606
Saint Jérome écrivant
CARAVAGE, huile sur toile, 1605
Le joueur de Luth
CARAVAGE, huile sur toile, 1595-1596
Le souper à Emmaüs
CARAVAGE, Huile sur toile, 1606
Madeleine en extase

Il existe deux versions de ce tableau, mais impossible de savoir si les deux sont de Caravage. Pour la première fois, elles sont exposées ensemble.

Je n’ai pas pu prendre toutes les oeuvres de Caravage en photo car le lieu n’était peut être pas approprié (espace restreint). Il n’y avait aucun recul possible sur les tableaux très imposants (2 mètres et plus) de l’artiste. Bien dommage pour des oeuvres de clair obscur. De plus, il y avait beaucoup trop de visiteurs (le flux n’était pas géré à l’entrée de l’exposition), alors poster une photo d’une oeuvre avec la tête des gens dessus, non merci. J’ai eu beaucoup de mal à apprécier la visite.

Cependant, le clair obscur reste un sujet incontournable pour les étudiants en art. Caravage en est le maître, la preuve, il a connu la célébrité de son vivant.

Quelques autres oeuvres exposées..

La douleur d’Alminte
Bartolomo Cavarozzi
David avec la tête de Goliath
Giuseppe Cesari
Judith avec la tête d’Holophrene
Carlo Saraceni

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :